[GEO] Budget sédimentaire des littoraux

de A à Z

[GEO] Budget sédimentaire des littoraux

Messagede historien31 » Jeudi 30 Août 2007 14:56

Budget sédimentaire = rapport entre la quantité de sédiments qui existe en un lieu donné et la capacité qu’ont les agents marins (vents, vagues, courant) à les déplacer.

1. Une alimentation essentiellement continentale
L’essentiel des matériaux sédimentant sur le littoral est apporté par les fleuves de l’intérieur des terres. Ces apports dépendent de la nature du substrat, du système d’érosion fonctionnant sur le bassin-versant et des modalités de transport par les fleuves.
- Les régions tropicales humides sont soumises à des processus d’altération chimique qui transforment les roches fréquemment cristallines en sables et en argiles. De plus les fleuves tropicaux sont caractérisés par une très faible pente --> les vitesses des écoulements sont modérées et les matériaux grossiers sont donc rares --> seuls des matériaux fins sont fournis à la côte.
- Aux hautes latitudes, les fleuves sont gelés en hiver. A la fonte, de grandes débâcles printanières et estivales mettent en mouvement de grandes quantités de sédiments plus ou moins bien triés dans lesquels les matériaux grossiers peuvent être abondants.
- Les fleuves des moyennes latitudes transforment peu (vases ou sables fins et moyens), du fait de processus érosifs relativement peu efficaces sur les versants, et aux aménagements des cours d’eau (barrages) qui perturbent le transport des sédiments

2. Le trait de côte
C’est la zone de contact entre océan et continent. Les actions érosives y sont nombreuses et il s’y déroule des processus secondaires, auxiliaires, qui jouent toutefois un rôle dans le fonctionnement du budget sédimentaire :
- Actions chimiques : la présence de sel (en particulier chlorure de sodium) dans l’eau de mer est responsable de la dissolution de certains matériaux (carbonate de calcium dans les calcaires) ou leur altération (feldspaths ou micas dans les granites).
- Actions biologiques : l’action de certains animaux marins peut avoir sur les roches et les sédiments des effets non négligeables. Par exemple, les mollusques lithophages rongent (cas des patelles) ou creusent des micro-cavités (cas des pholades et des oursins). Les sédiments meubles, en outre, sont constamment remaniés par l’activité des vers, des crabes et de nombreux bivalves.
- Actions mécaniques : Essentiellement liées aux alternances submersion-émersion que subissent les littoraux à marée. On y distingue l’hydroclastisme, le thermoclastisme et l’haloclastisme.
o L’hydroclastisme est ici renforcé par le rythme rapide de l’alternance des humectations et des assèchements. Les matériaux gonflent par absorption d’eau, puis se rétractent par évaporation --> débitages par la suite.
o Le thermoclastisme est provoqué par les changements de température liés aux alternances de submersion et d’émersion. Selon les climats et les saisons, les écarts peuvent être soit positifs (eau de mer plus chaudes que l’atmosphère) soit négatifs. Dans les régions chaudes, ces écarts peuvent atteindre 20°C. Ces différences de températures provoquent dans certains minéraux des alternances de dilatation et de rétraction --> désagrégation granulaires.
o L’haloclastisme suppose une intense évaporation : l’eau de mer remplit les fissures des roches, puis s’évapore. En cristallisant, les sels sur les parois exercent des pressions considérables, qui entraînent une désagrégation granulaire intense.

3. La mer
La mer fournit à la plage des débris de coquillages donnant des sables calcaires. C’est surtout au cours des régressions que les apports de sédiments par action marine sont les plus spectaculaires.
Les houles actuelles semblent n’avoir qu’une faible capacité de transport.
historien31
 

Retourner vers Lexique : Histoire et Géographie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron