Caprice de rectrice, prise en otage des étudiants et blocage

Séquences collège | Séquences lycée | Pédagogie
Stagiaires plc2 | Administratif | Gestion de classe

Re: Caprice de rectrice, prise en otage des étudiants et blo

Messagede Le Yéti » Lundi 15 Novembre 2010 09:22

Y-a pas besoin de lire Challenges, tout de même, pour se rendre compte du détricotage patient mais méthodique du consensus social sur lequel était fondé la société française depuis la paix.
Ce qui est intéressant, c'est le retour d'une idéologie vréiament de droite, décomplexée, type fin XIX, fleurtant aux limites des valeurs républicaines et pilotée, à l'ancienne dans l'ombre, par les Guéant et Guaino, qui, eux, n'ont pas besoin de ministères pour se faire entendre...
Conséquences immédiates, la montée des inégalités, voire même surtout la montée du sentiment des inégalités et la division de la société en groupes voire classes identitaires, revendicateur ou non, selon des critères, même pas forcément économiques.

Moi, la question que je me pose, c'est comment et pourquoi, en est-on arrivé là...?
Le Yéti
Membre
Membre
 
Messages: 390
Inscription: Dimanche 9 Décembre 2007 14:13

Re: Caprice de rectrice, prise en otage des étudiants et blo

Messagede Dolcino » Lundi 15 Novembre 2010 20:11

Le Yéti a écrit:Y-a pas besoin de lire Challenges, tout de même, pour se rendre compte du détricotage patient mais méthodique du consensus social sur lequel était fondé la société française depuis la paix.
Ce qui est intéressant, c'est le retour d'une idéologie vréiament de droite, décomplexée, type fin XIX, fleurtant aux limites des valeurs républicaines et pilotée, à l'ancienne dans l'ombre, par les Guéant et Guaino, qui, eux, n'ont pas besoin de ministères pour se faire entendre...
Conséquences immédiates, la montée des inégalités, voire même surtout la montée du sentiment des inégalités et la division de la société en groupes voire classes identitaires, revendicateur ou non, selon des critères, même pas forcément économiques.

Moi, la question que je me pose, c'est comment et pourquoi, en est-on arrivé là...?


Par la société de consommation qui a transformé le citoyen en consommateur et simple agent productif. "Je travaille, je consomme donc je suis" telle est la nouvelle devise de notre société. Dans les années 60 certains philosophes ou sociologues se posaient la question tel que Herbert Marcuse avec L'homme unidimensionnel

L'individualisme exacerbé à fait en sorte que l'individu s'est replié sur lui même et c'est recentré autour de cercles réduit telle que la famille, le quartier, la communauté.... De plus avec la fin de la grande industrie et le morcellement du travail font que les réseaux de solidarités qui s'étaient constituées au XIXe siècle autour du travail se sont distendus.

Reste à savoir si la crise actuelle va remettre cet esprit "d'homo consommatus" en question. Difficile à savoir il peut aussi bien se reconstituer des réseaux de solidarités pour x et y raisons qu'un replis purement identitaire. De toutes façons les effets se feront sentir à long terme.
Dolcino hérétique : plusieurs fois admissibles depuis 2005 au CAPES, PLP et CPE. Ratatiné à la bataille de Châlons, de La Rochelle et de Paris mais vainqueur en 2008 à la "bataille de Poitiers". PLP Lettres-Histoire dans l'académie de Créteil depuis la rentrée 2009 (Bref en Sibérie pour les gens du Sud) (lol) .....
Avatar de l'utilisateur
Dolcino
Membre
Membre
 
Messages: 982
Inscription: Vendredi 22 Juillet 2005 23:02
Localisation: Melun

Précédente

Retourner vers Salle des profs

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités

cron